28 Mai 2020

La Poste réinvente la chasse au trésor... Sans trésor !

chasseTresor 3cbd0

La crise sanitaire que nous traversons n’est pas encore derrière nous...

Pourtant La Poste continue à déployer ses projets et s’appuie sur la situation pour les légitimer. Ne nous y trompons pas, l’organisation mise en place depuis la fin du confinement était depuis longtemps dans la tête des dirigeants. Quant à sa mise en œuvre, elle se fait toujours au détriment des conditions de travail des agents : absence de communication, aucun outil... Un vrai jeu de piste, sans carte et sans boussole ! Une fois n’est pas coutume, cette nouvelle organisation se fait au mépris des conditions de travail, du service public et des emplois…

La course aux profits, toujours !

Depuis le début de cette crise sanitaire, les postier.e.s ont été sur le front. Ils et elles ont dû essuyer le mépris des directions, les dénigrements des médias et des conditions de travail dégradées. Et il ne faut pas compter sur une quelconque forme de reconnaissance de la part de nos dirigeants. Aucune prime, aucune revalorisation des salaires... L’argument est tout trouvé, il faut faire face à la baisse du chiffre d’affaires courrier. Et il ne faut surtout pas oublier que nos patrons ont été bien gentils de maintenir nos salaires alors que nos temps de travail ont été réduits ou que nous avons été en arrêt ou chômage partiel ! Si le trafic courrier a baissé, les colis ont explosé au point que le  printemps ressemble à Noël ! Pour preuve, en avril 17,3 millions de colis ont été distribués, contre 14 millions en décembre... Et si le trafic explose, le chiffre d’affaires doit en être de même. Et de l’argent il y en a, puisque la prime de fonction des Directeur·rices d’Établissements est passée à 3000€, soit une augmentation de 500€.

 

Avant ou après cette crise, le problème reste le même.

C’est bien la répartition des richesses qu’il faut revoir !

Plan social en vue ?

Si la nouvelle organisation a engendré une baisse de la DHT pour la plupart des agents et permis de bénéficier de plus de samedis de libre, tout ça ne sera pas gratuit... En effet, pas besoin d’être un-e expert·e en calcul pour voir qu’à terme ce sont des emplois en moins. Ce sont 1/6 des positions de travail de la distri qui sont menacées, soit environ 15 000 emplois !

Pour preuve, et premières victimes de cette réorganisation massive, les collègues en contrat précaires (CDD, Intérim, CDI intérimaires) pour qui les contrats ne sont pas renouvelés.

Comme pour l’argent, c’est encore un problème de répartition. Pour Sud, il est tout à fait possible de maintenir des organisations du travail dans de meilleures conditions et avec plus de repos pour les agents. Cela passe par une réduction du temps de travail, avec maintien des salaires. Cela permettrait aussi de dé-précariser tous nos collègues dont la boîte se sert au fil des ans !

Désorganisation du samedi

pekinExpressLaposte a5f22Les tournées du samedi se mettent en place dans la plus grande improvisation. Certain·es se sont vu remettre une carte particulièrement sommaire, d’autres une simple liste des points de distribution de la presse et des BAL à relever. Aucun GPS, pas même une boussole, c’est pire que Pékin Express et Kho Lanta réunis !

Sur les produits à distribuer, c’est aussi le grand flou. Au départ, il ne devait y avoir que les Chronos et la presse, mais finalement ce sont des centaines de colis qui arrivent chaque samedi. Cette désorganisation se ressent forcément le lundi, avec les restes qui n’ont pu être écoulés qui s’ajoute à la charge du jour. Il faut bien le dire, la priorité des directions n’est pas que le produit soit distribué le samedi... il s’agit juste de faire bonne figure en laissant penser que le service public postal est sain et sauf, en faisant rouler les voitures jaunes ce jour-là ! C’est d’ailleurs l’une des rares consignes claires qui est passée par les encadrants.

Massacre des conditions de travail

La très grande majorité des tournées sont construites pour  des  organisations  de  travail à plus de 35H. Alors comment faire passer la charge en si peu de temps, sauf à courir encore plus ? Le non-renouvellement des CDD et intérim laisse de nombreuses tournées à découvert, le boulot se reportant sur celles et ceux qui restent. Pour Sud, plus que jamais la sécabilité n’est pas un sujet, c’est le respect des horaires qui doit être la priorité.

Côté pénibilité, les choses ne vont pas aller en s’améliorant. Un nouvel été caniculaire se profile, avec cette année en prime le fait de devoir porter un masque pour tenter de préserver au mieux sa santé et sa vie. La problématique de l’aération et du rafraîchissement des locaux n’est toujours pas posée, mais la direction nous a promis que les bouteilles d’eau étaient déjà commandées ! L’été va être chaud, pour nos conditions de travail en particulier !

La Poste met en œuvre ses projets néfastes, au mépris de toutes les instances du dialogue social avec les salarié-es comme les organisations syndicales. Pour Sud, la période n’est pas à la course au profit. Non cette crise n’offre pas de formidables opportunités comme le déclare les patrons ! Il est urgent de repenser les organisations en profondeur, pour un meilleur service public postal et pour de meilleures conditions de travail. Cela passe par une revalorisation de nos salaires, la réduction du temps de travail et des créations d’emplois.  Il n’y a que par l’action collective que nous pourrons faire bouger les choses !

0
0
0
s2sdefault